8 façons simples de favoriser l’apprentissage par l’enquête

canada2067 | Nos apprentissages |

Le monde de demain ne ressemblera pas au monde d’aujourd’hui, et pour réussir les élèves doivent développer les compétences et les connaissances pour devenir des innovateurs et des solutionneurs de problèmes. L’apprentissage par l’enquête est idéal pour les aider à le faire, car il les place au centre de l’expérience d’apprentissage. Il encourage aussi les éducateurs à créer une culture de l’apprentissage où les élèves sont mis au défi de réfléchir, de créer, de tester et de questionner. Dans cet esprit, voici huit façons simples de favoriser l’apprentissage par l’enquête, de la maternelle à la 12e annéecinquième année du secondaire.

1. Penser à l’environnement d’apprentissage

En Italie, dans les années 1940, Loris Malaguzzi a élaboré l’approche pédagogique Reggio Emilia (Pédagogie Reggio). Le principe de cette approche est la suivante : les élèves se développent d’abord par leurs interactions avec les adultes présents dans leur vie, puis avec leurs pairs et ultimement par le biais de l’environnement dans lequel ils vivent. Malaguzzi a appelé cet environnement le « troisième éducateur » parce que, comme pour les deux autres éléments, il a le potentiel d’améliorer ou de nuire à l’apprentissage de l’élève.

L’environnement d’apprentissage dépend aussi du contexte : il est important pour les éducateurs de créer une salle de classe où tous se sentent bienvenus et en sécurité, où les élèves voient que leurs origines culturelles, linguistiques, socio-économiques et leurs structures familiales sont acceptées. L’environnement doit également être dynamique afin de répondre aux besoins uniques et à l’évolution des intérêts de tous les élèves.

La façon dont l’espace dans la salle de classe est utilisé doit aussi être prise en considération. Selon la situation, convient-il aux individus, aux petits groupes et à la classe en entier? Les fournitures et ressources de la salle de classe sont-elles facilement accessibles pour les élèves?

2. Commencer avec les questions des élèves

En tant qu’êtres humains, nous avons un besoin naturel de donner un sens au monde qui nous entoure. L’apprentissage par l’enquête permet de capitaliser sur cet instinct en donnant aux élèves des occasions de trouver des réponses intéressantes aux questions qui les préoccupent.

Les éducateurs peuvent se servir de ces questions et intérêts pour fournir des contextes concrets dans lesquels on peut intégrer et aborder le programme scolaire. De leur côté, les élèves peuvent se développer en tant qu’apprenants autonomes en appliquant des compétences appropriées, en développant une connaissance approfondie du sujet du jour, et en faisant de nouvelles découvertes.

3. Favoriser la curiosité dans votre salle de classe

La curiosité représente une profonde source de motivation pour les élèves. Elle incite à observer et à questionner alors que les élèves explorent leur monde. Les éducateurs peuvent tabler sur la curiosité naturelle des élèves au moyen d’une table de curiosité, conçue pour les éveiller à l’exploration et à l’apprentissage actifs.

Une table de curiosité permet aux éducateurs de fournir aux élèves des objets et des documents non familiers destinés à provoquer des questions de leur part.

Lorsque les enfants sont à la table de curiosité, on leur fournit des outils et on leur laisse du temps pour explorer les objets. On les encourage ensuite à noter leurs questions du type « Je me demande » pour qu’elles puissent servir à guider d’autres enquêtes.

Les éducateurs peuvent saisir cette occasion pour encourager un apprentissage plus poussé : « Je me demande à quoi ceci pourrait aussi servir » ou « Je me demande comment nous pouvons le découvrir ». Lorsqu’ils nourrissent la curiosité des enfants, les éducateurs favorisent leur besoin d’apprendre.

4. Être un co-apprenant : Découvrons-le ensemble

Les attentes des élèves évoluent sans cesse au 21e siècle et le rôle de l’éducateur change également. Alors que les anciens modèles mettaient l’accent sur des techniques de collaboration, ils étaient trop axés sur l’éducateur plutôt que centrés sur l’élève. Le rôle des éducateurs demeurait pour une grande part celui d’un transmetteur/facilitateur de contenu.

Les modèles actuels donnent maintenant aux éducateurs le rôle de facilitateur, de collaborateur, et de co-apprenant. Pour être vraiment efficaces auprès d’apprenants de l’ère numérique, ils doivent abandonner les modèles d’enseignement et d’apprentissage basés sur des efforts isolés.

Les éducateurs doivent se sentir à l’aise en tant que co-apprenants avec leurs élèves et leurs collègues. Aujourd’hui, la fonction d’enseigner n’est pas de tout savoir, mais plutôt d’apprendre de nouvelles informations avec les élèves, et d’organiser cette information en domaines d’apprentissage significatifs.

La meilleure réponse qu’un éducateur peut donner à ses élèves est « Je ne sais pas. Découvrons-le ensemble ». Lorsqu’un éducateur adopte le rôle d’un co-apprenant, l’accent n’est pas mis sur la démonstration aux élèves de ce qu’ils savent. Il s’agit plutôt de demander aux élèves de révéler leurs connaissances.

5 Penser comme un scientifique par le biais de l’exploration et de la découverte

Nous sommes tous nés scientifiques. Dès la naissance, nous nous servons de notre curiosité innée pour comprendre le monde qui nous entoure. Toutefois, dans des contextes d’apprentissage plus formels, cette curiosité peut nous aider à explorer le monde de manière significative et personnelle.

Il est important que les élèves de tous âges aient la chance de participer à des expériences d’apprentissage qui les impliquent et qui les poussent à essayer de nouvelles choses, à aller à de nouveaux endroits et à interagir avec les autres, pas seulement à l’école, mais aussi à la maison et dans la collectivité.

Ces expériences uniques peuvent stimuler leur curiosité et les amener vers l’exploration et la découverte. Les éducateurs peuvent favoriser davantage cette curiosité en apportant des objets mystérieux, en faisant visiter un endroit non familier comme une usine de traitement des eaux, en invitant un conférencier spécial tel un aîné d’un groupe autochtone local, ou en demandant aux élèves d’analyser certaines questions par le biais des sciences, de la technologie, de la société et de l’environnement.

Échapper à la routine représente un moyen puissant pour promouvoir l’exploration et de la découverte, non seulement pour les élèves, mais aussi pour les éducateurs.

6. Penser comme un ingénieur

Les concepts et processus d’ingénierie fournissent aux élèves les outils pour comprendre comment les systèmes technologiques fonctionnent. Ils offrent aussi l’opportunité de se familiariser avec les principes de conception, les propriétés des matériaux et leur fabrication.

Penser comme un ingénieur aide les élèves à développer des méthodes de visualisation, de pensée créatrice, de collaboration, d’analyse et de résolution de problèmes, qui sont des réflexes intellectuels essentiels pour réussir dans le monde d’aujourd’hui. Les écoles et les éducateurs peuvent donner aux élèves l’occasion de concevoir et de bâtir sur une base régulière, comme dans des ateliers de fabrication numérique. (makerspace)  

7. Se concentrer sur le développement des compétences

L’enquête est une approche d’apprentissage qui utilise une série de compétences pour explorer des questions et trouver des solutions. Les compétences d’enquête sont divisées en quatre étapes principales : Entreprendre et planifier, Procéder et consigner, Analyser et interpréter, et Communication et travail d’équipe. Ces étapes ne sont pas toujours linéaires. Le plus souvent, elles consistent en une série cyclique d’événements.

Des compétences comme la communication et la collaboration sont intégrales au processus d’enquête. D’autres compétences comme la classification, la comparaison, la mise en opposition et la reconnaissance d’une suite de données sont particulières à certaines étapes de l’enquête.

On peut renforcer plusieurs de ces compétences dans d’autres secteurs du programme, tels le langage, les sciences sociales et les mathématiques. Inversement, lorsque les compétences d’enquête sont apprises dans des classes de science et de technologie, on peut les appliquer dans des domaines comme le langage, les arts, les sciences sociales, la santé et l’éducation physique.

8. Trouver des connexions transversales

L’apprentissage intégré procure aux élèves un contexte riche dans lequel ils peuvent appliquer des compétences et avoir l’occasion de développer leurs capacités à raisonner. De plus, ils peuvent transférer leurs connaissances et compétences d’un domaine à un autre.

Un exemple évident est la connexion entre les mathématiques, les sciences et la technologie. Les élèves y appliquent des compétences de gestion des données pour tracer des graphiques, rassembler, trier et afficher des données. En apprentissage intégré, les éducateurs s’assurent que les élèves possèdent les connaissances et les compétences uniques pour chacun des domaines.  

Favoriser l’apprentissage par l’enquête dans la salle de classe donne aux élèves l’espace pour penser de façon critique et apprendre par le questionnement au lieu de simplement mémoriser des faits.

Les ressources de Parlons sciences pour la maternelle à la 12e annéecinquième année du secondaire procurent aux éducateurs les outils pour introduire l’apprentissage par l’enquête dans leurs classes.